Martedì, 12 Dicembre, 2017

Première dame : la colère gronde contre l'éventuel statut officiel de Brigitte Macron

Paris le 10 novembre 2016. Brigitte Macron l'épouse de l'ex-locataire de Bercy Paris le 10 novembre 2016. Brigitte Macron l'épouse de l'ex-locataire de Bercy Crédit: MARTIN BUREAU AFP
Evangelisti Maggiorino | 12 Agosto, 2017, 00:58

À voir également: Brigitte Macron, un premier rôle pour une première dame!

Cette pétition contre le statut de première dame n'est pas une première pour Thierry Paul Valette. "Nous voulons de la transparence et encadrer les moyens dont elle dispose", a précisé dans un tweet Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement. Elle ne se plaisait pas à l'Elysée, qu'elle surnommait la " maison du malheur ".

À l'heure actuelle, Thierry Paul Valette souhaite que la décision soit prise par l'intermédiaire d'un référendum et non par un seul homme.

Après un début de polémique, Emmanuel Macron a fait savoir qu'il préciserait le " rôle public " de son épouse Brigitte Macron.

Alors que depuis Danielle Mitterrand, toutes les Premières dames se sont investies dans des actions humanitaires et caritatives, l'objectif du projet de loi était de définir clairement ce qui entre, ou non, dans les prérogatives de la Première dame. Il devrait notamment préciser le nombre de collaborateurs à disposition de l'épouse du chef de l'Etat, ce qui n'a jamais été fait dans le passé. Bien qu'il ne soit pas inscrit dans la Constitution, ce statut est plus institutionnalisé qu'en France.

"Dans une période de moralisation de la vie politique française, nous ne pouvons décemment cautionner l'initiative d'un statut spécifique à l'épouse du président Macron", explique le texte de la pétition. Il en a réalisé une "contre l'importation des poupées robots sexuelles, une autre où il demande le "vote d'une loi prohibant les contenus haineux sur les réseaux sociaux" et une autre pour demander l'entrée de Simone Veil au Panthéon".

Avant d'épouser Donald Trump le 22 janvier 2005, Melania Trump était mannequin pour plusieurs grandes maisons de haute couture. Mais l'idée qu'elle puisse obtenir un vrai budget ne plait pas à tout le monde. Quand l'on compare avec les Américains, la first Lady, possède sa propre équipe (formée de 18 employés) ainsi qu'un budget spécialement dédié. Au sein de l'opposition, gauche radicale et extrême droite s'étaient saisies du sujet pendant les débats sur le projet de loi sur la moralisation de la vie publique. "Une femme de président ou une compagne de président a forcément beaucoup de sollicitations, elle a besoin d'un minimum de matériels pour pouvoir exercer ces responsabilités-là", disait-t-il.

Altre Notizie